Récits en série

Ce carnet entend réfléchir sur le cas des narrations sérielles et transmedia et des univers fictionnels qui se déclinent sur plusieurs supports. Cette pratique, de plus en plus fréquente, de construire un univers, ainsi qu’une ou des narration(s), au sein de livres, de séries télévisées, de films, de web séries, de sites internet, interroge le fonctionnement du récit et la réception de ces œuvres.
Les créateurs de la série américaine Lost, par exemple, ont développé, au moment de sa diffusion, une sorte de narration parallèle qui prenait la forme de sites internet, de numéros de téléphone, de blogs fictifs, de personnages ou d’entreprises de la série, destinés à constituer un puzzle d’informations à reconstituer par le lecteur. La série anglaise Being Human, propose un spin-off (une série dérivée), uniquement disponible sur son site internet.
La question du transfert d’un support à un autre parait aussi se poser : plusieurs séries adaptent des cycles de romans mais ne font pas les mêmes choix en termes de narration (True Blood, Game of Thrones, etc.) Peut-on réellement dire qu’un épisode est l’équivalent d’un chapitre, ou une saison d’un tome ?
On assiste également à un retour du feuilleton littéraire, mais sous forme numérique. Un éditeur français a ainsi lancé l’année dernière une narration à épisodes, sous forme de e-books, enrichis par une bande-son et des éléments interactifs.
Dans ce contexte, se pose aussi la question des fan fictions et du développement des univers fictionnels, non plus par les instances autorisées, par les auteurs originels, mais par tout un chacun, donnant corps à des mondes possibles infinis et combinables.
Toutes ces pratiques interrogent et renouvellent donc la notion de narration en formant une expansion en réseau. Non seulement, l’information est dispersée, mais elle peut aussi être contradictoire. La question de la réception se pose dès lors de manière importante : dans le cas de Lost par exemple, la narration est parallèle et propose donc une sorte de « bonus » aux fans assidus, sans pour autant être nécessaire à la compréhension de la série elle-même. Ce qui est visé ici est plus une appropriation, ou plutôt l’illusion d’une appropriation, de l’univers fictionnel par le spectateur. Dans ce cadre, la question du jeu vidéo (ou du jeu de rôle) se pose également.

L’objectif scientifique de ce carnet est donc multiple. Il s’agit d’essayer de poser des cadres d’analyse pour des fictions complexes qui sont à la fois sérielles et transmédiatiques, et qui demandent par conséquent de réinterroger les catégories traditionnelles du récit. Par ailleurs, ces fictions impliquent souvent les nouveaux médias et posent la question de l’influence des nouvelles technologies sur le récit et la fiction. Cette question est donc particulièrement ancrée dans des problématiques nouvelles que pose le monde contemporain, même s’il faut bien sûr les remettre en perspective historiquement.