À propos/ About

Pour nous contacter : narrationsserielles@gmail.com

 

Le projet Narrations sérielles et Transmédialité entend réfléchir sur le cas des narrations sérielles et des univers fictionnels qui se déclinent sur plusieurs supports. Cette pratique, de plus en plus fréquente, de construire un univers, ainsi qu’une ou des narration(s), au sein de livres, de séries télévisées, de films, de web séries, de sites internet, interroge le fonctionnement du récit et la réception de ces œuvres.

Les créateurs de la série américaine Lost, par exemple, ont développé, au moment de sa diffusion, une sorte de narration parallèle qui prenait la forme de sites internet, de numéros de téléphone, de blogs fictifs, de personnages ou d’entreprises de la série, destinés à constituer un puzzle d’informations à reconstituer par le lecteur. La série anglaise Being Human, propose un spin-off (une série dérivée), uniquement disponible sur son site internet.

La question du transfert d’un support à un autre parait aussi se poser : plusieurs séries adaptent des cycles de romans mais ne font pas les mêmes choix en termes de narration (True Blood, Game of Thrones, etc.) Peut-on réellement dire qu’un épisode est l’équivalent d’un chapitre, ou une saison d’un tome ?

On assiste également à un retour du feuilleton littéraire, mais sous forme numérique. Un éditeur français a ainsi lancé l’année dernière une narration à épisodes, sous forme de e-books, enrichis par une bande-son et des éléments interactifs.

Dans ce contexte, se pose aussi la question des fan fictions et du développement des univers fictionnels, non plus par les instances autorisées, par les auteurs originels, mais par tout un chacun, donnant corps à des mondes possibles infinis et combinables.

Toutes ces pratiques interrogent et renouvellent donc la notion de narration en formant une expansion en réseau. Non seulement, l’information est dispersée, mais elle peut aussi être contradictoire. La question de la réception se pose dès lors de manière importante : dans le cas de Lost par exemple, la narration est parallèle et propose donc une sorte de « bonus » aux fans assidus, sans pour autant être nécessaire à la compréhension de la série elle-même. Ce qui est visé ici est plus une appropriation, ou plutôt l’illusion d’une appropriation, de l’univers fictionnel par le spectateur. Dans ce cadre, la question du jeu vidéo (ou du jeu de rôle) se pose également.

L’objectif scientifique de ce projet est donc multiple. Il s’agit d’essayer de poser des cadres d’analyse pour des fictions complexes qui sont à la fois sérielles et transmédia, et qui demandent par conséquent de réinterroger les catégories traditionnelles du récit. Par ailleurs, ces fictions impliquent souvent les nouveaux médias et posent la question de l’influence des nouvelles technologies sur le récit et la fiction.

________________________

This project investigates serial narration and imaginary universes which span across media. The emerging practice of building universes and narration within a transmedia network encompassing television series, films, web series, and websites raises questions about the social, cultural, and political affects, consequences, and opportunities presented by a new era of media proliferation.

Such strategies incorporate a contradictory patchwork of old and new media.  For instance, producers of the North American series Lost simultaneously developed a parallel narrative utilizing webpages, phone numbers, fictitious blogs, and characters or firms from the TV series to produce a puzzle for the audience to piece together.  In addition, longstanding studies of adaptation gain increased complexity within transmedia, which considers not only how literary chapters compare to television episodes, but also how these narrative forms translate to the “webisode” and other emergent formats.  Such web-inspired formats like serialized e-novels ask new questions about established concepts like “seriality;” for example, this year French digital novels published in serial installments including soundtracks and interactive elements symptomatically borrowed the television term “episodes” to refer to these transmedia works.  Conversely, the transformative works of fans also stretch traditional understandings of “transmedia.”  These rogue amateur media economies challenge narrative closure, authorship, and the hegemony of the culture industry in an era of increased audience interaction and production.

All these elements reconsider established understandings of narration while further extending its possibilities through transmedia networks. By inviting in audiences even more intimately than ever before, narrative franchises seek to increase viewer loyalty and investment; yet these investments can also radically diverge from those planned and fostered by producers, creating a contradictory network of desires, ownership claims, and ever multiplying narrative branches. These seminars seek to tackle two key questions: How do specific storytelling and narrative techniques function in individual case studies? – and – Can established popular culture studies perspectives illuminate the philosophy and politics of transmedia storytelling?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *