Sarah Hatchuel, Lost, Fiction vitale

Sarah Hatchuel (membre du projet Narrations sérielles et Transmédialité) vient de publier aux PUF son ouvrage Lost, Fiction vitale. Elle interviendra sur cette série dans le séminaire, le 19 avril.

 

L’ouvrage

Lost n’est pas seulement l’histoire d’un avion qui s’écrase sur une île (pas si) déserte.
Phénomènes surnaturels, retours dans le passé, bonds dans l’avenir, voyages dans le temps : fresque épique et tragique de 121 épisodes, Lost nous fait vivre la désorientation de ses personnages, met au défi notre compréhension et invite aux visionnages répétés et à l’interprétation en continu. Elle pense notre rapport à autrui, au temps, à la vérité, à la croyance et à la fiction.
Cet ouvrage explore comment la série réconcilie postmodernisme et sincérité, distance critique et émotion pure, visions du monde multiples et expérience universelle de vie et de mort. Série de coïncidences, de miracles et de retrouvailles, fiction vitale qui relie et se relit, Lost a tout simplement révolutionné la construction narrative télévisuelle.


Table des matières

Introduction : Lost ou l’histoire d’un éveil

 

1. « Nous devons y retourner »
L’art de la nostalgie : retours géographiques, temporels et narratifs
L’art de la remédiation : intertextualités
Lost au-delà la fiction : hypersérialité et constructions médiatiques
Retour d’images : surveillance et télé-réalité
L’art du choc : retournements, renversements

 

2. « Ce qui est arrivé est arrivé »
Le temps de Lost : écriture et expérience
La mémoire au présent : retour du refoulé
« Sais-tu où tout cela va ? » : la croyance à l’épreuve du récit

 

3. « Rendez-vous dans une autre vie, mon frère »
« Vivre ensemble ou mourir seul »
Je est un Autre
« Se souvenir » : retrouver Lost ou le retour sur la série

 

Conclusion. « Lâcher prise » : Lost ou la l’expérience de la vie
Bibliographie


L’auteur

Sarah Hatchuel est professeur en littérature et cinéma anglophones, directrice du groupe de recherche Identités et Cultures à l’université du Havre et codirectrice de la revue TV/Series.

 

Sarah Hatchuel, Lost, Fiction vitale, Paris, Presses Universitaires de France, 2013

152 pages, 12 euros

http://www.puf.com/Autres_Collections:Lost,_fiction_vitale

Programme du séminaire


Janvier – Juin 2013

 

Centre d’Etudes et de Recherches Comparatistes (CERC, EA 172), Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

En collaboration avec l’Université d’Amsterdam

 

Séance 1 : vendredi 18 janvier 2013 (16h-19h), Paris 3, Centre Censier, salle 414

– Claire Colin (Université du Havre / Université Sorbonne nouvelle – Paris 3) « Lost in Jane Austen: combler ou bien créer? »

– Alexis Blanchet (Université Sorbonne nouvelle – Paris 3) « Etats possibles de la fiction industrielle : comme une fiction quantique »

 

Séance 2: vendredi 15 février 2013 (16h-19h), Paris 3, Centre Censier, salle 414 

– Pierre Leroux (Université Sorbonne nouvelle – Paris 3) « Du Chaka de Thomas Mofolo au Zulu de Tchicaya U Tam’si, le feuilleton radiophonique comme prélude à la réécriture »

– Claire Cornillon (Université Paris 13 – Nord / Université Sorbonne nouvelle – Paris 3) « Quand les personnages de séries écrivent des livres »

 

Séance 3 : 22 février (15h-18h) Université d’Amsterdam, séance en anglais

– Dr Joyce Goggin (Université d’Amsterdam) « The Narrative Potential of Computer Games »

– Dr Dan Hassler-Forest (Université d’Amsterdam) « The Uncontainable Zombie : Capitalizing on The Walking Dead »

 

Séance 4: vendredi 19 avril 2013 (16h-19h), Paris 3, Centre Censier, salle 414

– Sarah Hatchuel (Université du Havre) « Lost au-delà de la fiction : constructions transmédiatiques et retours sur la série »

– Ariane Hudelet (Université Paris 7 – Diderot) “Du texte journalistique à la fiction sérielle: David Simon et la quête de la vérité”

 

Séance 5: vendredi 17 mai 2013 (16h-19h), Paris 3, Centre Censier, salle 414

– Isabelle Périer (Université Stendhal – Grenoble 3) « Le jeu de rôle, une autre forme de narration sérielle ? »

– Natacha Vas-Deyres (Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3) et Danièle André (Université de la Rochelle) « La Brigade chimérique : de la bande dessinée au jeu de rôle »

 

Séance 6 : vendredi 14 juin 2013 (16h-19h), Paris 3, Centre Censier, salle 414, séance en anglais

– Anne Kustritz (Université d’Amsterdam) « Fan Production as Transmedia Extension: Narrative Experimentation in Fan Fiction and Fan Vids »

– LJ Maher (Monash University) « If He’s Not Here, Then Where? Constructing identity across space and time in Claudio Sanchez’s The Amory Wars. »

 

 

Organisatrices : Claire Cornillon (Université Sorbonne nouvelle – Paris 3), Danièle André (Université de la Rochelle), Anne Kustritz (Université d’Amsterdam)

 

 

Informations pratiques :

 

Contact : narrationsserielles@gmail.com

 

Université Sorbonne nouvelle – Paris 3

Centre Censier

13 rue de Santeuil

75005 Paris

 

Université d’Amsterdam

Media studies

Turfdraagsterspad 9, 1012 XT Amsterdam

 

 

Récits en série

Ce carnet entend réfléchir sur le cas des narrations sérielles et transmedia et des univers fictionnels qui se déclinent sur plusieurs supports. Cette pratique, de plus en plus fréquente, de construire un univers, ainsi qu’une ou des narration(s), au sein de livres, de séries télévisées, de films, de web séries, de sites internet, interroge le fonctionnement du récit et la réception de ces œuvres.
Les créateurs de la série américaine Lost, par exemple, ont développé, au moment de sa diffusion, une sorte de narration parallèle qui prenait la forme de sites internet, de numéros de téléphone, de blogs fictifs, de personnages ou d’entreprises de la série, destinés à constituer un puzzle d’informations à reconstituer par le lecteur. La série anglaise Being Human, propose un spin-off (une série dérivée), uniquement disponible sur son site internet.
La question du transfert d’un support à un autre parait aussi se poser : plusieurs séries adaptent des cycles de romans mais ne font pas les mêmes choix en termes de narration (True Blood, Game of Thrones, etc.) Peut-on réellement dire qu’un épisode est l’équivalent d’un chapitre, ou une saison d’un tome ?
On assiste également à un retour du feuilleton littéraire, mais sous forme numérique. Un éditeur français a ainsi lancé l’année dernière une narration à épisodes, sous forme de e-books, enrichis par une bande-son et des éléments interactifs.
Dans ce contexte, se pose aussi la question des fan fictions et du développement des univers fictionnels, non plus par les instances autorisées, par les auteurs originels, mais par tout un chacun, donnant corps à des mondes possibles infinis et combinables.
Toutes ces pratiques interrogent et renouvellent donc la notion de narration en formant une expansion en réseau. Non seulement, l’information est dispersée, mais elle peut aussi être contradictoire. La question de la réception se pose dès lors de manière importante : dans le cas de Lost par exemple, la narration est parallèle et propose donc une sorte de « bonus » aux fans assidus, sans pour autant être nécessaire à la compréhension de la série elle-même. Ce qui est visé ici est plus une appropriation, ou plutôt l’illusion d’une appropriation, de l’univers fictionnel par le spectateur. Dans ce cadre, la question du jeu vidéo (ou du jeu de rôle) se pose également.

L’objectif scientifique de ce carnet est donc multiple. Il s’agit d’essayer de poser des cadres d’analyse pour des fictions complexes qui sont à la fois sérielles et transmédiatiques, et qui demandent par conséquent de réinterroger les catégories traditionnelles du récit. Par ailleurs, ces fictions impliquent souvent les nouveaux médias et posent la question de l’influence des nouvelles technologies sur le récit et la fiction. Cette question est donc particulièrement ancrée dans des problématiques nouvelles que pose le monde contemporain, même s’il faut bien sûr les remettre en perspective historiquement.