Archives par mot-clé : narration

Prochaine séance du séminaire : vendredi 21 février

La prochaine séance du séminaire, menée cette fois  en collaboration avec le séminaire « Je est un autre : nous » (http://dujeaunous.hypotheses.org/), aura lieu le vendredi 21 février en salle 418 A au centre Censier.
Nous accueillerons Michael Bourgatte (Centre Edouard Branly, ICP) qui nous présentera une communication intitulée « Le suédage comme pratique de mise en circulation du cinéma », et Florent Favard (Université Michel de Montaigne, Bordeaux 3) qui interviendra sur le sujet suivant : « Doctor Who sous l’ère Moffat : une continuité problématique« .

Comme d’habitude la séance est ouverte à tous.

Programme des journées d’études Interactivité et Transmédialité – 7 et 8 février 2014, Paris 3

Interactivité et Transmédialité

Journées d’études – 7 et 8 février 2014

Salle Las Vergnas, Centre Censier

13 rue de Santeuil

 

Vendredi 7 février

Accueil 13h30

Diversité des usages

 

14h Filippo Gilardi (University of Nottingham) / James Reid (AkitaInternationalUniversity)

Transmedia Storytelling: Post-classical Narratives and Educational Opportunities 

14h45 Guillaume Soulez (Paris 3)/ Laurent Véray (Paris 3)  

L’écriture de l’Histoire dans le webdoc historique entre implication et fictionnalisation. L’exemple de 17 octobre 1961 (Raspouteam/Agat Film & Cie, 2011)

15h30 Ana Cecilia Medina Arias (Universidad Nacional Autonoma de Mexico)

Quatre Historias sonoras et une Metro piece, vers une définition des narratives sonores 

16h15 Pause

Fans 1

 

16h30 Anne Kustritz (Université d’Amsterdam)

Interactivity, Resignification, and the Pleasures of Ontological Primacy: Fan Works as Core Narrative 

17h15 Mélanie Bourdaa (Bordeaux 3)

Phénomène de performance chez les fans : entre tensions et réappropriations 

Fin 18h

 

Samedi 8 février

Spectateur/Auteur

10h Céline Masoni Lacroix (Université Nice Sophia Antipolis) /Bruno Cailler (Université Nice Sophia Antipolis)

L’enrôlement narratif des publics : vers un écosystème transmédiatique

10h45 Antoine Moreau (Université de Franche-Comté)

D’une histoire à des histoires unes. La place des auteurs à la place de l’auteur

11h30 Maxime Labrecque (Université de Montréal)

Film interactif et film choral : qui est aux commandes ? 

12h15 repas

Jeux

 

14h Isabelle Périer (Grenoble 3)

Lecteurs, joueurs, scripteurs, auteurs : le monde du jeu de rôle ou comment relativiser certaines notions  

14h45 Olivier Robert (Paris 1) 

Une transmédialité renversée, la différence spectatorielle au cœur de l’interactivité vidéoludique. 

15h30 Pause

Fans 2

15h45 Sarah Hatchuel (Université du Havre)

«Brokeback Island»: Les remakes queer de Lost en vidding

16h30 Sarah Sepulchre (Université Catholique de Louvain)

Séries et transmédia. Comment les pratiques des usagers dépassent les cadres posés par les auteurs des récits afin de construire des mondes diégétiques très personnalisés.

17h15 Julien Lalu (Université de Poitiers) / Matthieu Weisser (Université de Poitiers)

Je suis ton père Luke

Fin du colloque 18h

 

Prochaine séance du séminaire, vendredi 15 février

La prochaine séance de notre séminaire « Narrations sérielles et Transmédialité » aura lieu vendredi 15 février à 16h en salle 414 au centre Censier, 13 rue de Santeuil (Université Sorbonne nouvelle – Paris 3).

Le programme sera le suivant :

Claire Cornillon « Quand les personnages de série écrivent des livres »

Richard Castle, Gary Troup ou Barney Stinson sont les auteurs d’ouvrages qu’il est possible de trouver dans n’importe quelle librairie. Pourtant ce sont des personnages de série télé, respectivement issus des séries Castle, Lost et How I met your mother. Nous analyserons donc comment ces livres s’inscrivent dans la stratégie fictionnelle de la série, quel rapport ils entretiennent avec elle et quels sont les effets de réception qu’ils entraînent.

Pierre Leroux « Du Chaka de Thomas Mofolo au Zulu de Tchicaya U Tam’si, le feuilleton radiophonique comme prélude à la réécriture »

Le roman Chaka de Thomas Mofolo, publié en langue Southo en 1925, a contribué à renforcer la légende du roi des Zoulous. Sa traduction française en 1940 est elle à l’origine d’une tradition littéraire qui va d’un poème de Senghor (1951) à la pièce On joue la comédie du togolais Sénouvo Agbota Zinsou (1984). Héros christique ou tyran sanguinaire, Chaka semble inspirer les auteurs africains francophones qui voient en lui le reflet de la situation politique du continent. Parmi toutes ces adaptations, celle du congolais Tchicaya U Tam’si occupe une place particulière car la pièce de théâtre qu’il fait jouer à Avignon en 1976 est elle-même un retravail à partir d’un feuilleton radiophonique de 1957. La perspective sérielle est double, elle concerne la succession d’adaptations et le découpage de l’émission en vingt-quatre épisodes. En examinant les codes propres à chaque genre, nous nous intéresserons à la transformation de l’intrigue et des personnages d’une version à l’autre. Nous considérerons le feuilleton comme un laboratoire littéraire pour le poète et dramaturge congolais qui cherche à s’approprier une tradition antérieure.